Alexis Ammar (Mangopay) : « Notre approche 100% marque blanche et dédiée marketplace vise la personnalisation maximale »

Alexis_Ammar
Alexis Ammar

Alexis Ammar
Head of sales France, Luxembourg, Belgique
Mangopay

Spécialiste du paiement sur les marketplaces, avec des clients comme Vinted, Rakuten, Leboncoin, La Redoute, Showroomprivé ou encore Malt et Paris Fashion Shops, Mangopay a traité 11 milliards d’euros en 2022. Alexis Ammar, directeur des ventes France/Belgique/Luxembourg, détaille les mécanismes de paiement B2B qui aujourd’hui font la différence.

Un entretien réalisé dans le cadre de l’événement Les Enjeux Innovation B2B 2023 du 2 février 2023 organisé par Next Content (éditeur du site IN BANQUE)

Les Enjeux Innovation B2B : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent dans votre établissement, et plus globalement dans le secteur ?
Alexis Ammar :
Il y a plusieurs aspects que je voudrais citer. D’abord l’infrastructure de e-wallets que nous proposons, avec la possibilité de générer pour chacun d’entre eux son IBAN unique (ibanisation) et pas mal d’avantages à tous les points de vue. Pour l’acheteur c’est un compte de cantonnement sans contrainte de temps ni de montant, avec des fonds garantis à 100%. Du point de vue de la marketplace, cela facilite la réconciliation, permet d’automatiser un maximum de process et ainsi de gagner beaucoup de temps.

Je citerai aussi évidemment le Buy Now Pay Later : nous avons fait une cartographie de l’ensemble des prestataires de financement pour offrir une flexibilité très forte aux plates-formes. De manière générale, notre approche 100% marque blanche basée sur des API vise la personnalisation maximale, aussi bien dans les choix de moyens de paiement que dans les cinématiques de paiement globales. Nous automatisons une large variété de processus ce qui offre cette souplesse.

Enfin je pourrais citer le « one-creditor » qui consiste à produire une seule et unique facture pour un acheteur qui a commandé auprès de différents vendeurs. Et bien sur l’instant payment qui, sur une plate-forme B2B comme par exemple Malt (NDLR : voir le livre blanc consacré à cette étude de cas) sécurise énormément la cible freelance visée.

LIRE LA SUITE SUR LE SITE
DES ENJEUX INNOVATION B2B

Mangopay interviendra le 2 février dans le cadre de l’événement Les Enjeux Innovation B2B 2023. Programme et inscription sur : www.innovation-b2b.com

Mickaël De Sa (Allianz Trade) : « La complémentarité banque – assurance favorisera le développement du BNPL B2B »

MICKAEL_DE_SA_300x140
Mickael De Sa

Mickaël De Sa
CDO
Allianz Trade en France

Le e-commerce n’en finit plus de se développer dans l’écosystème B2B, représentant aujourd’hui bien plus qu’un simple canal additionnel de vente. En ce sens, les modalités de paiement du commerce B2B en ligne, souvent lourdes et désuètes, commencent à se moderniser grâce au développement du Buy Now Pay Later (BNPL). Mickael De Sa, Chief Digital Officer d’Allianz Trade en France nous explique comment fonctionne cette technologie et le rôle respectif des banques et assureurs dans son essor.

IN Banque : Comment expliquez-vous l’émergence des solutions de BNPL B2B actuellement ?
Mickaël De Sa :
Dans le e-commerce B2B, les modalités de paiement sont en retard en comparaison de ce qui est pratiqué en B2C. On retrouve souvent des paiements par carte bancaire professionnelle, ou des frais avancés par des collaborateurs de l’entreprise concernée. Cela implique donc un recours très limité au paiement fractionné ou différé : les vendeurs n’accordent pas de délais de paiements à leurs acheteurs, principalement car ils ont du mal à obtenir de l’information sur leur solidité financière. Et quand bien même, s’ils avaient accès à ces données, il leur serait difficile de donner une décision de crédit rapide, sans affecter leur parcours utilisateur, et donc leurs performances commerciales. Les acteurs de l’écosystème se sont rendus compte qu’il s’agissait d’un vrai frein au développement du e-commerce B2B, et on assiste ainsi aujourd’hui à l’apparition de nombreux nouveaux acteurs qui développent des solutions de BNPL B2B. Mais pour y parvenir, ces fintechs ont souvent besoin du soutien d’acteurs plus traditionnels et experts des échanges B2B, à savoir les banques et les assureurs.

Justement, quel est le rôle des banques et des assureurs dans le modèle du BNPL B2B ?
Quand on accorde un délai de paiement, que ce soit en ligne ou hors ligne, on s’expose au risque d’impayés. Pour démocratiser cette pratique, il faut donc apporter au vendeur la garantie qu’il sera bien payé. Cela se manifeste au travers de deux mécanismes complémentaires : le financement et l’assurance-crédit. Dans le BNPL B2B, même si cela n’est pas systématique, le rôle de la banque est de financer la facture : elle permet au vendeur d’être payé instantanément, malgré le délai de paiement accordé. Ainsi, le risque d’impayés est transféré du vendeur à la banque. La banque doit alors se protéger de ce potentiel non-paiement. C’est là que l’assureur-crédit intervient : il se charge d’abord d’évaluer, instantanément et sans affecter le parcours client, la solidité financière de l’acheteur afin de déterminer sa capacité à garantir un délai de paiement, puis se chargera de recouvrer la créance si celle-ci s’avère impayée, et d’indemniser la banque si le recouvrement n’aboutit pas. La banque finance le cycle d’exploitation, et l’assureur sécurise la chaîne de valeur : une véritable logique de complémentarité qui fait du BNPL B2B un excellent moyen, pour une entreprise, de développer ses ventes sans s’exposer au risque d’impayés.

Pourquoi est-ce intéressant pour un acteur bancaire de s’associer avec un assureur sur ces problématiques ?
Je vois trois principales raisons à l’association d’une banque et d’un assureur-crédit sur ce type de produit. Tout d’abord, notre expertise dans le scoring des entreprises à travers le monde. Le succès du BNPL réside dans sa simplicité d’utilisation aussi bien pour le e-commerçant que pour l’acheteur. En quelques secondes, celui-ci se voit accorder un délai de paiement et peut finaliser sa commande. Pour qu’une telle fluidité puisse se mette en place, il était important d’être en capacité de délivrer des décisions de crédit instantanément. Le scoring d’entreprise étant une des forces historiques d’Allianz Trade, nous avons fait le choix il y a quelque temps de rendre disponible par API notre système de scoring et donc notre assurance-crédit afin de proposer un parcours client sans interruption protégeant à la fois le vendeur et le financeur. Deuxièmement, la sécurisation des fonds avancés. Les acteurs du BNPL sont généralement des fintechs spécialisées dans la gestion des flux de paiement. Ces acteurs en adressant le BtoB sont confrontés à des volumes de transactions importants. Les banques doivent donc financer ce volume tout en maîtrisant les risques de non-paiement. Un assureur-crédit, comme Allianz Trade, viendra garantir le risque d’impayés et ainsi rassurer le financeur dans ses opérations. Pour finir, l’expertise et la solidité d’un assureur-crédit dans le recouvrement et l’indemnisation de créances commerciales. Dans un contexte de normalisation des défaillances, le risque d’impayés s’accroît. Nous sommes un acteur centenaire, qui dispose d’une capacité d’intelligence prédictive inégalée, d’un réseau de recouvrement international et d’une solidité financière reconnue.

Quelle complémentarité entre banques, assureurs et acteurs du paiement ?
L’offre de valeur du BNPL est fortement appréciée par les e-commerçants, puisqu’elle regroupe plusieurs acteurs ne travaillant pas ensemble au départ et créant ainsi une chaîne de valeur complète. L’acteur du paiement joue souvent le rôle du chef d’orchestre dans les schémas BNPL B2B. Le produit reposant sur la base de multiples connexions API, la simplification d’intégration des API et la maîtrise de l’interconnectivité de ces dernières sont des facteurs clés de succès d’un produit BNPL. L’acteur du paiement sait gérer cette connectivité et se place au moment du checkout dans le parcours d’utilisation d’un acheteur. L’assureur utilise, quant à lui, son scoring pour accorder ou non un délai de paiement à l’acheteur, une fois ce délai accordé la banque va, elle, avancer les fonds au marchand. En quelques secondes, une décision de crédit est prise, un paiement est réalisé, un financement est effectué, c’est cette complémentarité qui fait la force des solutions BNPL BtoB.

Avez-vous des exemples à nous partager ?
Je pense à un partenariat récemment déployé. Allianz Trade, Two, et Santander CIB se sont associés pour créer la première solution internationale de BNPL B2B à destination des grandes entreprises multinationales. Chaque membre de ce partenariat contribue à la solution avec sa propre expertise : Two est en charge de la technologie de paiement, Santander CIB finance le paiement anticipé aux vendeurs et les conditions de crédits aux acheteurs, et Allianz Trade sécurise l’ensemble de la chaîne de valeur contre le risque d’impayés. Une combinaison parfaite entre paiement, financement et assurance. En résulte une solution qui change la donne pour le e-commerce B2B à l’échelle mondiale. Les grandes entreprises disposent désormais d’une solution tout intégrée pour proposer instantanément à leurs acheteurs des paiements différés à la commande.

[Livre blanc] Vers la finance « invisible » ou la banque nouvelle génération

Vignette_Capgemini_NextBanking_2

Bandeau_EtudeCapgemini

Banking as a Service, plateformisation des modèles économiques, nouveaux actifs numériques autour des tokens et du metaverse, usage accru de l’intelligence artificielle,  « banque embarquée » et finance « invisible » et décentralisée : tous ces concepts sont en train de redéfinir la banque traditionnelle en profondeur, et ne peuvent être ignorés aujourd’hui tant ils offrent d’opportunités économiques.

Dans un livre blanc produit par Capgemini Invent (partenaire d’IN BANQUE 2023),  les auteurs s’attardent sur ces bouleversements, non seulement pour les décrire de manière claire avec le renforts de nombreux schémas, mais aussi pour en identifier les apports en termes de services, d’expérience client ou encore de conformité.

La notion de finance « invisible », en particulier, est creusée en détail. Elle est définie comme un produit ou service non financier comprenant, de manière totalement intégrée et transparente, des éléments financiarisés (à titre d’exemple, les auteurs mentionnent un système de production d’électricité photovoltaïque individuel, fournissant l’énergie pour une maison et une voiture, et capable, en cas de surplus de production, de le distribuer sur le marché).

En insistant sur les les atouts majeurs que doivent développer les organismes financiers pour se préparer à ces changements majeurs, le livre blanc constitue un véritable socle méthodologique pour une stratégie d’adaptabilité et d’activation de ces nouveaux leviers.

TéLéCHARGER
LE RAPPORT

 

Les modèles numériques : optimisation, valorisation

vignette_Modelesnumeriques

Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

Quelles sont les innovations récentes pour améliorer l’expérience client, fluidifier les parcours clients, enrichir l’offre ? Comment mieux valoriser des services fondés sur des technologies favorisant l’autonomie client ?

Débat  avec :

  • Christophe Descohand – CEO, Moniwan.fr
  • Héloïse Beldico Pachot – Directrice Marketing et Communication, Ma French Bank

Animé par Cyril Armange – Directeur Général Adjoint, Finance Innovation

 

Enregistré lors d’IN BANQUE 2022 le 23 juin à Paris.

Innovation & Diversification dans les services financiers : focus Immobilier

Vignette_FocusImmobilier

Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

Digitalisation des parcours de souscription (crédit, assurance…), accompagnement dans les projets de rénovation thermique, plateforme de services associés… Retour sur des initiatives récentes, les premiers enseignements et les orientations à venir.

Débat avec

  • Gaël Chabrier – Directeur des Parcours Immobiliers, BPCE
  • Léa Joussaume – Directrice de la Communication, Luko
  • Didier Bonche – Responsable des Partenariats, Crédit Mutuel Alliance Fédérale
  • Renaud Pestre – Co-Fondateur, Pretto

Animé par Nicolas Croquet – Retail Banking practice leader, Capgemini

Enregistré lors de la conférence IN BANQUE 2022 le 23 juin.

La donnée bancaire, levier de création de valeur pour les clients commerçants des banques

GRUET_300x140


Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

Plus que jamais, la banque a besoin de se positionner auprès de sa clientèle commerçante au-delà des fonctionnalités historiquement proposées. Comment la richesse issue de la donnée bancaire se traduit-elle en source de création de valeur ? Comment parvenir à l’exploiter pour permettre à la banque d’enrichir son offre B2B ? Quels sont ces cas d’usage innovants à destination des petits et grands commerçants ?

Interview de Benoit Gruet – CEO et Co-Fondateur, CDLK

Enregistré lors d’IN BANQUE 2022 le 23 juin à Paris.

Renforcer la résilience financière des clients grâce à l’hyper-personnalisation pilotée par la data

Vignette_Personetics

Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

De réactif à proactif, comment exploiter les données transactionnelles pour augmenter l’engagement client, la résilience et le bien-être financier des clients ? Comment tirer parti de la Self Driving Finance dans le cadre de sa stratégie d’Open Banking ? Comment des marques dans le secteur des services financiers parviennent-elles à maintenir des expériences clients personnalisées et à se différencier dans un marché concurrentiel ?

Présentation par Benjamin Malka, Senior Sales Director Western, Central and Southern Europe, Personetics

Enregistré lors d’IN BANQUE 2022 le 23 juin à Paris.

Distribution de crédit : repenser son externalisation à l’ère de l’open-banking

Aime_Cenac_Vignette


Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

Le métier du crédit poursuit sa profonde transformation, en écho d’une attente du client de plus en plus exigeante et d’un contexte règlementaire strict. Et ce alors que le crédit constitue toujours un véritable levier de performance des établissements bancaires car placé au cœur de la relation client. Quels sont les nouveaux enjeux autour de l’externalisation d’une partie des process dans la distribution de crédit ? Pourquoi et comment s’appuyer sur l’Open-Banking ? IA, KYC, Identité Numérique, quelles sont les dernières avancées technologiques pour améliorer l’expérience client et la performance opérationnelle des banques ? Quelles sont les nouvelles réponses et solutions possibles pour la simplification et la fluidification des parcours, l’optimisation des circuits, la réduction des délais et les enjeux de traçabilité ?

Entretien avec Aimé Cénac, Directeur du marché Banque chez Docaposte interrogé par Jérôme Morlon, Fondateur d’Iperiago.

Enregistré lors d’IN BANQUE 2022 le 23 juin à Paris.

Stimuler l’engagement des clients et créer des expériences bancaires numériques personnalisées

SBS_Vignette_2


Copyright 2022 IN BANQUE / Next Content

Les innovations numériques permettent aux acteurs de la finance de créer une relation entreprise/consommateur plus étroite et pertinente. Quels sont les nouveaux axes d’innovations envisageables pour le secteur bancaire pour améliorer encore l’expérience client et offrir des réponses adaptées à chacun ? Comment stimuler l’engagement entre l’entreprise et ses clients, ses utilisateurs, et entre les consommateurs eux-mêmes ?

Présentation par Carlos Suleau, Presales Director, Digital Banking Solution chez Sopra Banking Software

Enregistré lors d’IN BANQUE 2022 le 23 juin à Paris.

Céline Ansquer (BNP Paribas) : « La personnalisation de la relation client doit monter en puissance »

Celine_Ansquer_Vignette
Céline Ansquer

Céline Ansquer
Directrice Transformation, Marketing et Digitale de la Banque Commerciale en France
BNP Paribas

Dans un contexte exceptionnel au cours duquel l’usage du digital et la relation client a profondément évolué, Céline Ansquer, Directrice Transformation, Marketing et Digital de la Banque Commerciale en France de BNP Paribas, fait le tour des innovations dont bénéficient leurs clients.

IN Banque : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent dans votre établissement, et plus globalement dans le secteur ?
Céline Ansquer :
Tout d’abord, nos clients sont plus actifs sur le digital, et plus nombreux à ne se servir que du mobile, au détriment du desktop. Ils y vont en toute autonomie pour consulter leurs comptes, prendre un rendez-vous ou faire des opérations. Ils se connectent aussi beaucoup plus souvent : plus d’un jour sur deux en moyenne.

Cela s’est combiné avec une sollicitation accrue de nos conseillers pour bénéficier de leurs expertises. D’ailleurs, le nombre de rendez-vous clients a augmenté de 5 %, et 40 % d’entre eux se font à distance.

Enfin, l’écosystème des paiements vit aussi une transformation phénoménale. On peut penser au paiement sans contact bien sûr, mais aussi aux paiements sur mobile et en instantané qui se développent très fortement. Tout cela génère de nouvelles habitudes et de nouveaux usages, auxquels nous devons apporter des solutions.

Quelles sont les évolutions en cours au sein de votre banque de réseau et en ligne ?
Nous proposons différents modèles qui nous permettent d’offrir aux clients le meilleur du digital : des experts et des conseillers BNP Paribas ; Hello Bank, une banque totalement digitalisée qui s’adresse plus particulièrement aux « millenials » et freelance ; notre banque privée ; et bien sûr l’accompagnement des professionnels, entrepreneurs et autres clients corporate. Finalement, toutes ces différentes typologies de clientèle ont les mêmes besoins : du digital, de la simplicité, de l’accessibilité, de l’immédiateté et en parallèle, du soutien, de l’expertise et du conseil.

Le compte Nickel s’inscrit aussi parfaitement dans cette proposition de modèle de service, avec un volet hybride. Le dispositif repose sur du digital, mais aussi sur un réseau physique représenté par les buralistes.

Quels sont les chantiers prioritaires ?
Nous devons proposer des solutions qui évoluent en fonction de la situation personnelle de nos clients : agrandissement de la famille, achat d’un bien immobilier, constitution d’une épargne, préparation d’une succession…. Mais aussi en fonction des appétences pour le digital plus ou moins développées selon le profil.

LIRE LA SUITE
SUR L’USINE DIGITALE

Céline Ansquer, directrice Transformation, Marketing et Digital de la Banque Commerciale en France de BNP Paribas, interviendra le 23 juin lors d’IN BANQUE 2022 sur le thème « Production et distribution bancaire : Perspectives 2025 ».